Meryem B Happy

Que la paix soit sur toi, peux-tu te présenter ?

Salam aleikoum ma chère soeur, barak Allah oufik tout d’abord de m’accorder cette interview, ça me touche beaucoup. Alors je suis Meryem, épouse épanouie el hamdouilah et maman de 2 enfants. Une quarantaine bien entamée et auto entrepreneur depuis octobre 2012.  J’aime beaucoup passer du temps en famille, lire, écrire, partager, cuisiner et les gros câlins de mes enfants le matin.

Comme tu le sais je suis maman et étudiante, le parcours scolaire de mes interviewés m’intéresse énormément peux-tu nous résumer le tien ?

Alors, mon parcours n’a rien à voir avec ma 1ère activité en tant que mompreneur (vendeuse de bonbons halal). J’ai fait un Bac B (Economie) et je suis diplômée d’un Master (bac +4 LEA Langues Etrangères Appliquées) avec l’anglais et l’espagnol)

Eclaire nous, qu’est qu’une happyologue ?

Aha ^^ Alors en fait c’est un terme que j’ai inventé, entre la joie de vivre (happy), le bonheur et la psychologue (que je ne suis pas) je me vois comme un diffuseur de positivité, il est essentiel pour moi de se tourner vers ce que la vie nous offre de bon, agréable, joyeux car elle est trop courte tout simplement.

Quel a était le déclic qui t’as permis de te lancer dans l’entrepreneuriat ?

C’est très simple, en avril 2012 j’ai démissionné de mon poste de salariée car fatiguée de devoir retirer mon hijab sur mon lieu de travail, j’en avais marre de jouer ce double jeu en quelque sorte. Mais, je voulais travailler, m’épanouir dans une activité et aussi, participer moi aussi aux dépenses de notre ménage, après quelques recherches sur comment me mettre à mon compte (le seul moyen donc de garder mon hijab), j’ai découvert ce statut. El hamdoulilah, il me permet de concilier vie de famille, convictions religieuses et épanouissement personnel.

Comment t’ai venue l’idée d’accompagner les femmes ?

En fait, cette idée a commencé à germer il y a un petit moment, suite à de nombreux messages que je recevais en privé (qui n’avaient rien à voir avec mon activité de vendeuse de bonbons de l’époque), des conseils sur l’organisation quand on travaille à la maison, sur comment je faisais pour toujours garder le sourire… Puis, le méga déclic je dirai, a été suite aux retours que j’ai eu après la publication de mon livre.

Tu es maintenant auteure, qu’est que cette expérience t’a apportée ?

Un énorme épanouissement personne, il s’agissait d’un rêve et el hamdoulilah j’ai pu le réaliser, je suis très surprise des retours que j’ai chaque jour au sujet de mon livre, beaucoup de remerciements, de femmes qui me disent qu’il tombait au bon moment dans leur vie, que ça leur a redonné de l’espoir, du courage. En fait, lorsque l’on réalise un de nos si grands rêves, on ressent juste une énorme gratitude!

Est-elle différente de entrepreneuriat ?

Non, du tout, car je suis toujours auto entrepreneur, c’est juste une autre facette de ma personnalité que j’ai exploitée, mais je suis toujours Meryem, la même femme, avec les mêmes rêves et aspirations.

A ce jour, tu as fondée un nouveau concept Meryem B Happy, peux-tu nous en dire plus ?

Alors, pour la faire courte, lool, le B, initial de mon nom Belmokhtar qui tombe à pic pour le « Be », pour donc résumer ce que je souhaite apporter aux personnes que j’accompagnerai incha Allah, gratitude, quête du bonheur, épanouissement personnel et en famille, optimiser son organisation et son temps. Bref, tout pour vivre sereinement et être heureux. Je propose donc des accompagnements individuels et il y aura aussi des formations en ligne et en présentiel bi idnillah.

Quel sentiment te procures ton activité ?

Depuis mes débuts j’aime ce que je fais, j’ai reçu de nombreux messages suite à la fermeture de Candine, mais très honnêtement, j’avais besoin de ce changement, et maintenant, je me sens très bien, épanouie et surtout, utile. J’ai pu accompagner 3 soeurs déjà (suite à mon challenge gratitude elles ont pu gagner un coaching gratuit), 2 pour la confiance en soi et la 3e en tant que future mompreneur, et ça s’est très bien passé, el hamdoulilah, donc que du positif.

Etant femme, épouse, maman, entrepreneure, coach, auteure et influenceuse. Comment fais-tu pour allier toutes tes casquettes de femme ?

Je n’aime pas me définir comme influenceuse, j’aime aider mes soeurs, les soutenir, les apaiser, leur donner des conseils et partager quand je le peux. Pour ce qui est d’allier toutes ces casquettes, je remercie Allah azzawajel qui me facilite beaucoup, avec mon époux, mon pilier, qui est d’une aide énorme au quotidien et d’un grand soutien. Je fais de mon mieux chaque jour, ça demande de l’organisation, de la rigueur, des sacrifices parfois, mais je sais quels sont mes objectifs et mes priorités.

Quel est ton indispensable au niveau de ton organisation ?

Agenda et Planner, mes 2 outils principaux, ensuite il y a des to do list et j’utilise aussi l’application Trello pour y voir plus clair parmi mes différentes tâches et activités, formations… en cours

Quelle est la plus grande difficulté que tu as rencontrée lors de ton parcours ?

Les débuts, c’est toujours très dur, l’attente de ses premiers clients, de sa première commande, les difficultés financières car on veut investir mais au début on manque de moyen, et les grosses périodes de doutes où l’on est prêt à tout plaquer.

Comment l’as-tu surmontée ?

En fait, à chaque fois que j’ai voulu laisser tomber, mon mari a toujours été là, ainsi que mes proches, pour me soutenir el hamdoulilah, et je me disais, Meryem, souviens-toi de pourquoi tu fais tout ça et demande toi si ça vaut la peine de tout laisser tomber après tout ce chemin parcouru.

Quelle problématique rencontres-tu le plus souvent auprès de ta communauté ? Quelle solution leurs proposes tu ?

La peur de l’échec, de nombreuses soeurs veulent se lancer mais ont trop peur d’échouer, ne savent pas par où commencer, manque cruellement de confiance en elles alors qu’elles ont de grandes capacités. Je leur dis d’oser, bismillah, on teste, car on n’a rien sans rien, et surtout, il n’y a rien de pire que de vivre avec des regrets,  les « si » peuvent être dévastateurs, donc il faut croire en son potentiel, faire des invocations et hop!

A quoi doit-on s’attendre pour cette année 2019 ?

Eh bien, le site est en préparation, les accompagnements vont être lancés officiellement dans les jours prochains incha Allah. Je suis aussi en train de préparer ma 1ère grosse formation en ligne qui sera lancée dans les prochaines semaines bi idnillah et je compte organiser au moins 1 événement en présentiel.

Et puis, si tout se passe bien bi idnillah, je serai référencée au Datadok donc les soeurs autoentrepreneurs qui suivront mes formations pourront se les faire financer!

Un petit mot pour le mouvement Mum Student ?

Bravo à toi pour tout ce que tu fais, pour ton courage, ta motivation et tes partages. Je te souhaite aussi la réussite bi idnillah car tu le mérites. Et encore merci pour cette invitation, ça me touche beaucoup! Fi amanillah

Rejoins le mouvement B Happy

FacebookInstagramTwitterSite Web – Livre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *